Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/11/2016

BATAILLE René (10/11/1895-29/07/1916)

Origine familiale

BATAILLE François René est né à Montpellier le 10 novembre 1895. Ses parents Joseph BATAILLE et Marie Eugénie SOULIER habitent Frontignan, mais en 1914, il vit chez sa tante Catherine, couturière à Villeneuve domiciliée dans la rue de la Grenouillère, où il est cultivateur pour le domaine de Maurin.

C'est le 4ème et dernier des quatre garçons BATAILLE:

  • Louis Joseph, né en 1883, est tonnelier à Montpellier mais il décède en 1904.
  • Jacques Marius, né en 1885, est facteur à Ferrals les Montagnes.
  • Jean, né en 1889, est militaire de carrière, dans un régiment basé à Metz.

Campagne

C’est un jeune soldat mobilisé de la classe 1915, au 139ème régiment d'infanterie.

Circonstance du décès

Il est tué face à l'ennemi à Warvillers (Somme) le 29 juillet 1916. Son corps repose dans la nécropole nationale de MAUCOURT, tombe 932. Son nom figure également sur le monument aux morts de Frontignan, ville où son décès a été retranscrit le 21 janvier 1917.

Famille et descendance

Aucune descendance et aucun parent n'a été retrouvé à ce jour pour ce soldat.

Sa tante est restée à Villeneuve mais ne s'est pas mariée.

Son frère Louis Joseph ne s'est pas marié et son frère Jean n'a vraisemblablement pas eu d'enfants.

La seule descendance locale est celle de Jacques. Marié à Ferrals en 1911, il a deux enfants Odette (1914) et Albert (1915). Le couple et leurs enfants s'installent à Vic-la-gardiole, après la mutation de Jacques en 1928 où il reste jusqu'à la retraite.

BAPTIFORT Auguste (03/06/1881-10/04/1916)

Origine familiale

BAPTIFORT Auguste est natif de Castelnau-le-lez, où il a vu le jour le 3 juin 1881. Ses parents s'étaient mariés à Villeneuve en 1877. Fils d'Antoine BAPTIFORT et de Léontine ALBAGNAC, il épouse Elise BOULADOU le 31/12/1903. Deux enfants naîtront de leur union : Antonin Marius (1904) et Denise (1913).

Auguste et Elise habitent la rue des ortolans en 1911. A cette époque, la rue des ortolans comprenait également la rue de la jeunesse actuelle. Il exerce la profession d'ouvrier agricole pour le compte de Louis DANIEL.

Campagne

En tant que soutien de famille, Auguste n’effectue qu’un an de service de 1902 à 1903, au 122ème régiment d’infanterie. Passé, durant la période de réserve, au 81ème RI, puis au 4ème régiment d’infanterie coloniale, il est rappelé le 1er août 1914.

Il devient soldat au 7ème régiment d'infanterie coloniale le 7 septembre 1914.

Circonstance du décès

Il tombe face à l'ennemi le 10 avril 1916 à Fontaine-les-Cappy (Somme).

Famille et descendance

Les deux enfants d'Auguste sont restés sur Villeneuve. Antonin s'est marié avec Gabrielle LEGUEVAQUES et Denise a épousé Roger LAFFONT.

Robert BAPTIFORT, très connu des villeneuvois, était son petit fils. Hasard du calendrier, il nous a quitté en avril 2016, tout juste 100 ans après son grand père.

MARCOU Paul (01/01/1885-20/05/1916)

Paul,MARCOUOrigine familiale

MARCOU Paul Charles est né à Pibons, commune de Mons-la-Trivalle le 1er janvier 1885. Il est le fils de Jean-François MARCOU et de Elisabeth ROGER.

Après son service militaire, il est nommé répétiteur au Collège de Bédarieux.

Le 11 Août 1910, il épouse Gabrielle BOUDON au Bosc (34). Gabrielle, Marie (o 1885) est la fille de de Mathieu, Paulin BOUDON et d’Emilie COURTY de Villeneuve. Elle est institutrice et deviendra plus tard directrice d'école.

De leur union naquirent trois filles:

- Lucile, Amélie, née le 14 Juin 1911 à Villeneuve les Maguelonne (34)

- et deux jumelles, Elise et Jane nées le 4 Août 1914 à Montpellier, le jour même de la mobilisation de leur père.

Un mutin du 17ème RI

Fin 1906, Paul est amené à effectuer son service militaire. C'est au sein du 17ème régiment d'infanterie basé à Agde. Arrive l'année 1907 et son flot de manifestations de viticulteurs en colère. Combien sont-ils ? Près d'1 million à manifester le 9 juin dans les rues de Montpellier ! Le pouvoir parisien craint une révolte, une guerre civile, pire, une révolution. Clémenceau envoie toutes les troupes qu'il peut leur faire barrage.

beziers-mutins-001.jpg

Le 19 juin 1907, un drame se produit à Narbonne. Des soldats ont tiré, une jeune fille, de passage dans la ville, meurt sous leurs balles. Le lendemain, 20 juin, quelques soldats du 17ème RI cantonné à Agde, se mutinent et vont rejoindre les manifestants à Béziers, crosse en l'air, afin de leur apporter leur soutien. Ces manifestants, ils les comprennent puisqu'ils sont, pour beaucoup, des viticulteurs comme eux, ce sont leurs pères, leurs frères, leurs soeurs, leurs familles. La mutinerie cessera sans heurt après quelques jours. Les mutins seront transférés dans un camp disciplinaire à Gafsa en Tunisie avant d'être graciés fin 1908.

Gafsa-0013.jpg

Seule une petite mention sur leur fiche de matricule laisse entrevoir leur action de 1907: "Campagne de Tunisie - Certificat de bonne conduite refusée"

Campagne et Circonstance du décès

vermelles,poilus,marcou,tabouriechDurant les périodes de réserve, Paul passe au 96ème RI. Mobilisé le 4 août 1914, il est nommé caporal le 11 février 1915.

A Vermelles, il se fait prendre en photo avec ses camarades du pays (de haut en bas et de gauche à droite):

  • Désiré TARBOURIECH de mons (1885-1915 à Neuville St Vast)
  • Paul MARCOU
  • LAUGÉ (LAUZE) des Pradals
  • un soldat de Vieussan
  • CEBE de St Vincent d’Olargues
  • un autre soldat de Vieussan

Il décède le 20 mai 1916 au nord d'Esnes-en-Argonne (55), à la côte 304, au ravin de la Hayette.

Son décès est transmis à la mairie de St Gely-du-Fesc, son dernier domicile. Ainsi, le nom de Paul MARCOU se trouve gravé sur 3 monuments aux morts: Mons, Saint-Gely-du-Fesc et Villeneuve.

Famille et descendance

La descendance de Paul MARCOU s'établira définitivement à Villeneuve. Gabrielle BOUDON y décède le 19 octobre 1976, Lucile décède en 1943, Jane et Elise en 2008.

Merci à Pascale HUCHE pour les documents et les informations sur sa famille.

JULLIAN Raoul (21/02/1879-01/07/1916)

RAOUL, JULLIANOrigine familiale

Raoul Marcelin JULLIAN est né à Paris (12è) le 21 février 1879. Il est l'aîné des 4 enfants de Marcelin Frederic JULLIAN et de Marie VIOLS. Après lui, naitront Jeanne Marceline (1881-1969), Charles Maurice (1885) et Marguerite Juliette (1894-1897).

Le couple JULLIAN-VIOLS s'est installé à Paris où Marcelin est conducteur d'autobus et Marie couturière. Joseph VIOLS, le frère de Marie, est cocher à Paris. Vers 1908, ils redescendront à Villeneuve où Marcelin s'occupera de sa propriété viticole, tandis que Marie VIOLS sera épicière.

Lorsqu'il effectue son service militaire, en 1899, Raoul Marcellin est dit cultivateur.

Carrière militaireJULLIAN,RAOUL

Il est incorporé au 2ème régiment du génie jusqu'en 1903, dans une compagnie en activité à Alger. Dès lors, Raoul embrasse une carrière militaire, renouvelant son engagement jusquau déclenchement de la Grande Guerre.

Au terme de ses 3 ans d'obligations militaires, il signe un contrat de 2 ans. Durant cette période, il participe à la campagne d'Alger qui durera jusqu'en 1908. Brigadier le 7 juin 1902, il devient Maréchal des logis le 26 mai 1903, puis il est nommé sergent le 25 février 1904 avant de signer un nouveau contrat de 3 ans en janvier 1905. Il est alors rattaché à la sous-intendance militaire d'Alger.

En octobre 1908, il prolonge son engagement de 5 ans et devient sergent-fourrier en février 1909. Il quitte Alger le 7 janvier 1908 pour Casablanca où se déroulent de graves évènements jusqu'en octobre 1908.

Malgré son éloignement, il reste contamment en contact avec sa famille de Villeneuve avec qui il échange une correspondance importante. Il écrit à ses parents le 7 janvier 1907, leur annonçant son départ imminent pour Casablanca.

En juillet 1911, il revient temporairement sur le continent européen et débarque à Port-Vendres. Il est fait sergent-Major en juillet 1912. Il signe de nouveau en novembre 1913 pour 2 ans, et est promu adjudant le 25 mai 1914.

Le 26 août 1914, il quitte Oujda (Maroc) avec sa compagnie pour rejoindre les fronts du Nord de la France.

Circonstance du décès

Nommé sous-lieutenant le 3 septembre 1915, il est affecté au 4ème régiment du génie le 17 septembre.

Il disparaît le 1er jullet 1916 devant Amiens(81), durant la bataille de la Somme. Il est inhumé à 50 m du moulin de Faucancourt, fosse 17. Son décès ne sera transmis à la mairie de Villeneuve que 2 ans après, suite à la décision du tribunal.

Citation pour la médaille militaire:

Chargé d'une mission technique et commandant une section du génie exposée aux tirs de l'artillerie ennemie, a su la maintenir dans le calme. Ayant été blessé à la main gauche par un éclat d'obus, n'est allé se faire panser qu'après avoir accomplit sa mission. A par la suite, complètement exécuté le travail technique dont il avait été en outre chargé.

Famille et descendance

Raoul est resté célibataire.

Sa soeur Jeanne Marceline se marie avec Georges Camille JAUJOU et leur descendance habite toujours à Villeneuve.

Son frère Charles Maurice se marie avec Marie Jeanne ROUSTAN de Villeneuve et leur descendance reste autour de Montpellier.

Merci à Yves BERTRAND et Jean JAUJOU pour les renseignements et documents sur ce soldat.

 

12/11/2015

GAYRAUD Maurice (24/09/1895-29/07/1915)

Origine familiale

GAYRAUD Maurice Elie est né le 24 septembre 1895 à Villeneuve. Il est le fils de Achile François GAYRAUD, cultivateur et de Jeanne Rosalie CAMBIER. Il est le frère de François GAYRAUD (1893) qui décède également pendant le conflit.Leur soeur Paulette nait en 1912.

En 1915, il exerce la profession de boucher à Villeneuve, rue de la Grenouillère.

Campagne

Il est soldat au 56ème régiment d'infanterie coloniale.

Circonstance du décès

Il est très grièvement blessé par un éclats d’obus dans le détroit des Dardannelles. Il décède le 29 juillet 1915 à bord du navire hôpital Bien Hoa, des suites des blessures de guerre: section de la cuisse droite et d'une partie de la main droite par éclat d'obus.

A 19 ans et 10 mois. C’est le plus jeune des poilus de Villeneuve mort pendant la guerre.

Famille et descendance

Célibataire, Maurice n'a pas eu de descendance.

Paulette GAYRAUD se marie à Villeneuve avec Emile LALEQUE. De cette union naissent deux garçons Marcel et Robert que nous essayons de retrouver.

CHAZE Marius (18/04/1885-25/11/1915)

Origine familiale

CHAZE Marius est né le 18 avril 1885 à Langogne (48).

Cultivateur, il se marie en 1913 à Villeneuve avec Albertine VIGROUX

Campagne

Il est soldat du 111ème régiment d'infanterie.

Circonstance du décès

Trouvé blessé, malade, et atteint de fièvre typhoïde, il meurt le 25 novembre 1915 à l'hôpital militaire d'Antibes (06).

Son corps repose au carré militaire d’ANTIBES, tombe 203.

Famille et descendance

Marius CHAZE et Albertine VIGROUX n'ont pas eu de descendance. Le reste de la famille CHAZE est restée en Lozère.

Albertine VIGROUX avait plusieurs frères et soeurs. Nous essayons de retrouver leurs descendants pour avoir plus de renseignements.