Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/11/2015

BIÉ Baptiste dit Armand (27/04/1879-27/04/1915)

Origine familiale

BIÉ Baptiste dit Armand est né à Villeneuve le 27 avril 1879. Fils de Baptiste BIE et de Pascale DUMAS.

Il a un frère plus âgé, Jean Pierre, né en 1867.

Cultivateur, il habite la rue de la place, qui s’appelle aujourd’hui la rue des mères.

Campagne

Il est soldat au 203ème RI

Circonstance du décès

Il trouve la mort au lieu dit le Bois-Haut, dans la Meuse, le 27 avril 1915, le jour de ses 36 ans, lors de la bataille des Eparges, près de Verdun.

Famille et descendance

Probablement marié, nous ignorons s’il a eu une descendance et où se trouvent ses parents les plus proches.

BALSAN Florentin Jean (26/10/1887-20/09/1915)

Origine familiale

BALSAN Florentin Jean est le fils de Joachim BALSAN et de Antoinette Josephine BOURRELY. Il est né à Villeneuve le 26 octobre 1887. C'est le second garçon de la fratrie de trois :Marius Henri BALSAN est né en 1886 et Pierre Marcel BALSAN nait en 1889.

En 1911, il est, comme son père, propriétaire-cultivateur et habite avec ses parents sur l’avenue de la gare, aujourd’hui le n°74.

Campagne

Il est canonnier au 45ème régiment d'artillerie.

Circonstance du décès

Il est tué le 20 septembre 1915 lors des combats de Mourmelon-le-grand (51), lors de la bataille de Champagne, à l’âge de 27 ans.

Famille et descendance

Célibataire, Florentin n'a pas eu de descendance.

Marius est lui aussi resté célibataire, et c'est Pierre Marcel qui prolongera la longue lignée des BALSAN sur Villeneuve.

Merci son descendant Claude BALSAN pour les photos qu'il m'a envoyées.

ANDRÉ Marius (04/06/1894-01/01/1915)

Origine familiale

Il est né à Villeneuve le 4 juin 1894, rue des ortolans, fils de Mathieu ANDRE et de Honorine FOURESTIER,

Marius ANDRE est instituteur à l'école publique et habite l'avenue de la gare.

Il a une soeur Mélanie plus âgée (1888).

Campagne

Appelé à rejoindre le 122ème RI, il devient rapidement caporal.

Circonstance du décès

Il est tué face à l'ennemi le 1er janvier 1915, à Hollebecke (Belgique), à peine âgé de 20 ans. 

Famille et descendance

Célibataire, Marius ANDRE n'a pas de descendance.

Sa soeur Mélanie épouse en 1920 Jean Marius BOULADOU, fils du couple BOULADOU-HILAIRE. Cependant, il semble qu'aucun enfant ne soit né de leur union.

ALGUE Vincent (04/04/1886-30/09/1915)

Origine familiale

De son vrai nom ALGUE, et non ALGUIE comme indiqué sur le monument, Emmanuel Vincent Dominique est né à Collioures, le 4 avril 1886.

C'est sans doute sa profession de préposé des douanes qui l'amène à s'installer dans notre petite commune. En 1914, il se marie à Villeneuve avec Marthe ROUSTAN, la soeur d'Etienne ROUSTAN qui décède également durant le conflit.

En novembre 1914, nait la petite Jeanne Marie, parfois dénommée Andrée dans les recensements.

Campagne

Il est caporal au 26ème RI, venu du 96ème.

Circonstance du décès

Il décède le 30 septembre 1915, à 29 ans, à Somme-Suippes de suite des blessures de guerre, lors de la bataille de Champagne. Son corps repose dans la nécropole Nationale 'SOMME-SUIPPE', tombe N°20. Son nom figure également sur le monument de Collioures où vivaient encore ses parents.

Famille et descendance

Marthe ROUSTAN se remarie à Villeneuve avec Jean Eugène CARRAT et s'installent dans la rue Neuve.

Jeanne Marie ALGUE effectue sa scolarité à Villeneuve. Elle se marie une première fois à Montpellier avec  Jean Lucien BENOIT-GUYOD puis en seconde noces avec Etienne BURETTI qu'elle suit sur Grenoble. Leur descendance et celle de notre poilu, vivent aujourd'hui en région grenobloise. Nous n'avons pas réussi à les contacter.

 

20/05/2014

FAUCHER Louis (20/10/1883-18/11/1914)

Origine familiale

FAUCHER Marie Louis est né à Villeneuve le 20 octobre 1883. Il est le fils de Sebastien FAUCHER, boulanger, et de Marie Jeanne MASSERAN, domiciliés place du marché.

Le couple FAUCHER-MASSERAN donne le prénom Marie à tous ses enfants. Ainsi naîtront:

  • - Marie Joseph (1874), régisseur domaine à Marsillargues qui épouse à Villeneuve en 1900 Josephine Marie COUDERC
  • - Marius Oralien (1878)
  • - Marie Therese (1880)
  • - Marie josephine elisabeth (1889-1889)

Le 25 février 1908, Louis FAUCHER épouse Elise BOULADOU, fille de Paulin BOULADOU et de Madeleine DELGRES, une couple de propriétaires viticoles. Il devint ainsi l'ouvrier de son beau-père (recensement 1911) et est domicilié avec eux, avenue de la gare.

Leur fille unique Madeleine nait en 1908.

Campagne

Louis FAUCHER effectue son service militaire de 1904 à 1907 au 122ème régiment d'infanterie coloniale. Il participe à la campagne du 23 septembre 1905 au 17 juillet 1907.

Circonstance du décès

Après ses classes, il passe au 81ème RI puis en avril 1914 au 4ème (34ème) régiment d'infanterie coloniale.

Il disparaît le 18 novembre 1914 à Chauvoncourt (Meuse). La date de décès sera établie par jugement du tribunal et transmise à la mairie de Villeneuve en 1920.

Famille et descendance

Madeleine FAUCHER épouse en 1928 Gabriel ESPAGNAC de Roujan. Elle résidera toute sa vie dans la maison familale de l'avenue de la gare. Elle conservait chez elle le portrait de son père.

Sa maison, vendue quelques années après son décès, est occupée au rez-de-chaussée, par la maison de l'agglomération. 

26/11/2013

BERTHES Henri (26/04/1895-22/03/1918)

Origine familiale

BERTHES Henri Gabriel est né à Villeneuve le 26 avril 1895. Fils d'Augustin BERTHES et de Mathilde RICARD, il a un frère Marius (1892). En 1915, il exerce le métier de garçon boucher.

Campagne

A la mobilisation de la classe 1915, Henri rejoint le 105ème régiment dinfanterie avant d'être incorporé dans le 9ème régiment de Dragons de janvier 1915 à juin 1916 et intègre un escadron de mitrailleuses à partir du mois d'avril 1916. Le 10 juin 1916, il passe au 11ème cuirassier à pied.

Circonstance du décès

Il disparaît au cours de l'attaque de Villequier-Aumont (Aisne) le 24 mars 1918, à gauche de la route allant de Commenchon à Villequier-Aumont, présumé blessé et prisonnier. Inhumé à Villequier-Aumont, son corps est ensuite transféré au cimetière militaire de Very-Vaureuil.

(Extrait de l’historique du régiment du 11ème régiment de cuirassiers)

COMBAT DE VILLEQUIER-AUMONT (Mars 1918)

Le 22 Mars 1918, le 11ème Cuirassiers se trouve en réserve d'Armée aux environs de PONT-SAINTE-MAXENCE, quand il est avisé téléphoniquement d'avoir à se tenir prêt à être embarqué d'urgence en camions-autos. La Grande Offensive allemande du printemps était déclenchée depuis la veille sur le Front Britannique.

Les bataillons sont acheminés vers les lignes, dans le but d'effectuer, dans la nuit du 23 au 24 Mars, une relève de la 18ème Division Britannique sur le canal CROZAT. Le 2ème Bataillon (Capitaine LAHURE) s'installe dans le village de VILLEQUIER-AUMONT, les 1er Bataillon (Commandant SAGOT) et 3ème Bataillon (Capitaine DUTHU) stationnent, en réserve, aux abords de COMMENCHON et de BETANCOURT.

L'ordre est alors donné au Bataillon LAHURE d'organiser en grande hâte des emplacements de combat pour défendre VILLEQUIER-AUMONT, depuis Le CAISNEL jusqu'au cimetière.

Les combats font rage dans tout le village du 22 au 24 mars et les cuirassiers reculent au prix de lourdes pertes (220 tués ou disparus, 140 blessés).

Le 24 mars en fin de matinée, la brume s'est dissipée, et, dans le grand soleil qui darde maintenant, le Bataillon LAHURE, installé aux lisières de COMMENCHON, voit venir vers lui les vagues ennemies. La fusillade crépite de toutes parts. On entend les hommes dire : « Non, des cibles comme ça, on n'a pas la veine d'en avoir tous les jours ! ». On aperçoit sur la route de COMMENCHON à VILLEQUIER-AUMONT, un cuirassier, qui seul, entouré, impossible à secourir, fait le coup de feu avec autant de calme qu'à l'exercice. A genoux au pied d'un poteau indicateur, il ajuste chacun de ses coups, et chaque fois descend son « Boche ». Puis, tout d'un coup, on voit ce brave s'affaisser la face contre terre, les bras en croix.

Son décès ne sera transmis à la mairie de Villeneuve qu'en 1921 après jugement du tribunal.

Famille et descendance

Non connue